FANDOM


1387523041170
Les études du firmament helwyri est un regroupment de notes, de théories et d'études venant de chercheurs différents en un et même carnet publié par Hash-Tat Antabolis.

Bien que la majorité des notes parlent surtout de la métaphysique, de la théologie et de la cosmologie helwyre, elles apportent aussi l'idée d'une vision nouvelle très différente de ce que nous pouvons imaginer de la vie des érudits helwyrs à l'époque.

Cosmologie helwyreModifier

Retrouvé et commenté en l'an -297 par Hash-Tat Antabolis, érudit du Fjord.Modifier

Qu'est-ce que les planètes ?

"Les planètes sont les dieux et les plans des dieux ce qui est la même chose. Le fait qu'elles apparaissent sous la forme de corps célestes sphériques est un effet visuel causé par le stress du mental imparfait des mortels. Comme chaque plan(ète) est une masse infinie de taille infinie encore entourée par le néant, l'œil mortel les prend pour des bulles dans un espace. Les planètes sont magiques et impossibles. Elles défient toutes lois et toutes logiques mortelles, car celles-ci sont, au contraire d'Azeroth, parfaites" - écrits helwyrs antiques (-4500+) de la tour de Myzbyyʻk.


Qu'est-ce qu'Azeroth ?

"Azeroth est une boule finie de matière imparfaite et de magie faite à partir de tous les dieux-planètes au début des temps, quand l'Architecte manipula/convainquit/força ses frères dieux à créer le plan mortel. Azeroth est le plan mortel et la planète mortelle, ce qui est la même chose. À l'instar des mortels, celle-ci est imparfaite, maléable, contrôllable, manipulable. Elle est un objet et un être puissant convoité de tous" - écrits helwyrs de la tour de Myzbyyʻk.


Que sont les Lunes ?

"De petites planètes, dans la mesure où des masses infinies de tailles infinies puissent être plus petites que d'autres. Les planètes ont des orbites, ou au moins des orbites lunaires qui arrivent à être perçues par les mortels. Les lunes sont considérées par différentes cultures comme des esprits gardiens de leurs dieu-planète, ou comme des dieux mineurs ou comme des dieux étrangers. Les lunes d'Azeroth sont Blwy qynd (enfant bleu) et Bʼanşy (dame blanche). Les Lunes ne sont pas représentées sur les cartes helwyres" - écrits helwyrs de la tour de Myzbyyʻk.


Qu'est-ce que l'espace ?

"L'espace est l'interprétation de Nʼáthyngnʻss (le néant) qui est noir, vide et qui entoure le plan mortel. L'espace est infini mais il agit juste comme une planète; ce néant est "entouré" par le Pyrmʼamʻnt. Vous pouvez voir Pyrmʼamʻnt par les étoiles. Que sont les étoiles ?

Les étoiles sont les ponts vers le Pyrmʼamʻnt, le plan magique. Elles sont perçues comme des trous à l'intérieur de la surface de l'espace. Parce qu'elles sont à l'intérieur de la sphère, toutes les étoiles sont équidistantes d'Azeroth. Les plus grande étoiles, par conséquent, ne sont pas rapprochées du plan mortel, elles sont simplement de plus grand trous dans Nʼáthyngnʻss. Le plus grand trou de Nʼáthyngnʻss est Ẕʼárn, le Soleil"


Que sont les étoiles filantes, alors ?

"Une impropreté. Les étoiles filantes sont des morceaux de magie et de matières soit de Nʼáthyngnʻss soit du Pyrmʼamʻnt, qui parfois bouge à travers le cosmos. Les plus grandes étoiles filantes sont en réalité des planètes avec une orbite indépendante"


Que sont les constellations ?

"Les constellations sont des groupements d'étoiles. Comme chaque étoile est un pont magique, les constellations sont des phénomènes très puissants et sont révérées. Car leur puissance traverse même Nʼáthyngnʻss et se fait sentir jusque dans les racines du Nord, laissant leurs marques là où leur regard passe" - écrits faisant référence aux signes astrologiques des Grisonnes.


Qu'est-ce que le ciel ?

"Le ciel est un autre phénomène visuel causé par le mental mortel imparfait; le ciel nocturne en particulier. Le ciel est aussi improbable que les planètes, en essence, quand vous regardez au ciel vous "regardez au delà du plan matériel". La nuit, Azeroth est entouré par Nʼáthyngnʻss. Le jour le ciel est la cape élémentale multicolore de Ẕʼárn, le soleil. Cela change les couleurs à mesure que son influence élémentaire augmente ou diminue. Par conséquent, lorsque quelqu'un regarde le ciel diurne, il regarde dans les ramifications du Pyrmʼamʻnt et fixe la magie, infinie et éternelle"

Le Kʼálʻm, CHIM et CernosModifier

Écrit et expliqué par le métaphysicien Nicholas Lobachevsky en l'an -187.Modifier

Pour comprendre Cernos, il faut d'abord premièrement comprendre le concept helwyr du Kʼálʻm. La théorie du Kʼálʻm nous fait comprendre que, quand un mortel meurt, son âme est envoyée dans un purgatoir nommé le Kʼálʻm. L'âme, une fois là bas, se voit être purgée de ses souvenirs pour que celle-ci puisse être recyclée dans sa prochaine vie - sous une autre forme -. Il est important de noter que le mot Kʼálʻm en lui même signifi en lui même "Rêve" - "Rêve" qui, chez les helwyrs, n'est pas seulement un phénomène psychique, mais bien un lieu. Kʼálʻm. Une chose qui insinu que tous dormeurs ont une fois dans leur vie touché l'au-delà. Une chose qui insinu aussi que la mort n'était pas aux yeux des helwyrs une fin, mais bien une simple renaissance à un autre moment, dans un autre corps mais avec la même âme éternelle.

Deuxièmement, pour revenir à Cernos, il faut comprendre que Cernos est mort; une chose différente de ce que nous parlions plus haut. Là où un mortel voit son âme être recyclée dans le Kʼálʻm - dans ce cycle éternel - Cernos a vu son âme s'échapper du cycle. Cernos, l'esprit divin que nous connaissons, est bloqué dans le cycle de la mort et de la réincarnation ; et c'est quand Cernos rêve dans le rêve - le Kʼálʻm - que celui-ci se projette dans le plan mortel pour, encore maintenant, des dizaines d'années après sa "mort", toucher le monde qu'il jura protéger.

Pour s'intéresser un peu plus au Kʼálʻm, il faut s'intéresser à la cosmologie helwyre. Imaginez la réalité comme si celle-ci était une roue. Azeroth est le moyeu, les dieux-planètes sont les rayons et le vide entre les rayons est le Nʼáthyngnʻss. Quant au Kʼálʻm, il est fil passant par le moyeu - un fil qui passe par le centre d'Azeroth.

Il est dit que quand un homme atteint le CHIM, il voit la roue - la réalité - sous le forme d'un O se tourner pour faire I - une métaphore pour expliquer que, dorénavant, celui-ci peut voir la réalité sous un autre angle.

Mais Cernos ne voit pas la réalité ainsi, car Cernos est éveillé dans le rêve. Cernos ne voit pas un I mais celui-ci voit un . La théorie est donc la suivante : à la place de voir la réalité d'une façon nouvelle, à la place de se voir en tant qu'acteur dans cette réalité maléable, Cernos voit cette réalité comme étant une part de lui même. Comme étant lui même la réalité. Une chose qui expliquerait pourquoi les Grisonnes sont devenues si uniques; c'est car celles-ci furent reforgées pour suivre le rêve fou, la réalité distordue de Cernos. Cernos est donc le contraire du CHIM.

Message codé de Saint - ʼAstrʼalModifier

Ceci est un message codé retrouvé en -87 au dernier étage de la tour de Myzbyyʻk. L'auteur original est inconnu.Modifier

RPDXGBWGHPZBXLOdZCerZXLosCIBNGJZZDQOPeHVVnKVPrCst NYmBtCrtMZGaJRVoRrMGZvorGCCssilHtZdLVaRFOrPZPKBPtORONvXTtPKFecHTVOna.

KJNQAXLZleJIAKQPIUAODtomJIKAQNBfaAQJDHnAQNBUWZLNd'JQIKANZBEJLdieOAJQBBunQNWBLOAIOPuQQUWNZLOPQKn'QUIHRNKpaQKUAIEHRBsIAUQHesYAGHSHJOQWtQAJDIhoAAHEBFBWAZLBmANBSHEeNQJGERLm.

Eoll yw wedi cyflawni unrhyw drosedd.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .