FANDOM


4800

Rouet d'une arquebuse à rouet

L'arquebuse, ou l'Harquebuse, est une arme à feu de portée effective limitée (moins de 60 mètres pour la plus part d'entre elles) souvent réputée pour être assez lourde et encombrante.

Le défaut majeur de l'arquebuse reste sa faible cadence de tir (un tir par minute +/-) et son canon pouvant s'échauffer très vite.

Elle sera souvent considérée comme étant le parent des premiers mousquets, qui finissent par la remplacer; ces armes sont bien plus lourdes, et nécessitent toujours la fourche de support, mais de plus gros calibre, lancent des projectiles capables de traverser toutes les armures.

Le début de l'arquebuse : l'arquebuse à mècheModifier

Les premières traces de l'arquebuse à mèche apparaissent dans les environs des années 24 de notre ère pour remplacer la couleuvrine à main dont elle diffère par l'ajout du bassinet (contenant la poudre d'amorçage) et du serpentin qui, tenant la mèche allumée, pivote pour la mise à feu de l'arme.

La mèche, quant à elle, est allumée et ramenée sur le bassinet où la poudre est tassée pour l'explosion.

Ces premières arquebuses sont très lourdes, pouvant aller jusqu'à plus de 8 kilogrammes pour certains modèles, nécessitant une prise d'appui sur une fourche (voir : fourquin) pour pouvoir tirer correctement.

Elle sera très vite remplacée par un modèle plus pratique et maniable durant le courant de l'an 25 grâce à l'invention d'un système de frottoir nommé rouet.
130723100557 MG 6095

Différentes arquebuses de chasse à rouet

L'arquebuse à rouetModifier

Les premières arquebuses à rouet semblent avoir été inventées au début de l'an 26 par un artisan des Rosiers qui cherchait à rendre l'arquebuse à mèche plus maniable et moins encombrante.

Par ce fait, elle ne mesure que de 0,80 à 1,30 mètre, pèse seulement entre 4 et 7 kilogrammes et tire une balle d'à peine 25 g. Cette version peut s'épauler, là où, dans les versions antérieures, la crosse était bloquée à la poitrine.

L'arquebuse : l'arme du chasseur durant les années 20 ?Modifier

En raison de sa puissance certaine et outre sa faible cadence de tir, les arquebuses remplaceront très vite - et pendant longtemps - les différentes armes de jet des grisonnes.

On distingue par la suite l'arquebuse à canon lisse, utilisée pour la chasse et destinée à tirer de la grenaille, très lourde et souvent fixée sur un chariot pour favoriser son transport le long des étangs pour la chasse au gibier d'eau et l'arquebuse à canon rayé, plus courte et plus maniable, destinée au tir à balle.

En devenant une arme de choix pour les chasseurs et les trappeurs expérimentés des Grisonnes, l'arquebuse devient aussi l'arme préférée de l'aristocratie et de la bourgeoisie grisonnante, celles-ci devenant rapidement le support des plus belles ornementations des armuriers de l'époque : dorures, gravures, inserts en corne sculptés, parfois même de pierres précieuses. Elles servent comme objet de décoration dans les demeures des plus riches seigneurs pour montrer aux visiteurs l'habileté des artisans qu'ils emploient.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .