FANDOM


Sisteen8
L'Église de Cernos est, dans la langage courant, l'ensemble des grisonnants en communion avec Cernos et son son vicaire, le pape.

Cette instutition tentaculaire regroupe toutes les différentes communautés des Grisonnes par le lien de communion grisonnante qui est l'idée que tous les grisonnants sont liés par un lien sacré à leur pays et à leurs frères.

Bien que l'église en tant qu'institution n'ait pas de frontières et se dit universaliste, l'Église de Cernos est majoritairement centralisée aux Grisonnes pour des raisons évidentes.

L'Église est directement liée au culte de Cernos, représentant celui-ci directement.

L'histoire de l'Église et l'organisation des communautés au fil du tempsModifier

Il est dur d'imaginer une Église de Cernos "primitive" ; pourtant une telle idée ne semble pas si anormale quand on pense au fait que les première communautés religieuses existaient déjà 29 siècles avant notre ère ; ces premières communautés locales sont surtout centrées sur les enseignements et paroles des anciens et premiers missionnaires de Cernos qui étaient nommés presbyteroï (ou presbytre, voulant dire l'aîné). Ces presbytres s'occupaient de l'organisation de la communauté et de la gestion de ses biens ; il était vu comme un homme assez expérimenté pour guider les pas des premiers croyants dans les Grisonnes et un homme assez sage pour pouvoir exercer certains pouvoirs sacramentel, comme la bénédiction d'objet, de personnes, de prières ou de célébrations.

Cette tradition du presbytre sera gardée pendant longtemps ; ceci s'explique par le fait que le monde grisonnant n'était pas encore pleinement uni sous une et même bannière simplement car les Grisonnes n'avaient pas encore été pleinement explorées par l'homme.

Nous pouvons donc dire, sans véritable certitude, qu'après la chute de Weddrich Lawliet (voir la chronologie), les communautés grisonnantes se sont dispersées dans les Grisonnes et étaient donc, pendant une courte période, encore nomades.

Ces presbytres évolueront très rapidement en prestre une fois la sédentarisation des grisonnants ; en abandonnant leurs privilèges d'uniques bergers et guides des peuples grisonnants, les prestres (ancêtres, vous l'imaginez bien, du prêtre actuel) décident de se focaliser sur l'unification religieuse du pays.

2730 ans avant notre ère : les Grisonnes sont divisées en plusieurs communautés, certaines étant sédentaires (celles du Sud-Ouest, dans la Lisière actuelle) et d'autres étant toujours nomades (celles du Nord-Est, dans les environs du plateau de Cœur-de-Bois actuel). Une unification - que celle-ci soit religieuse ou politique - était plus que nécessaire pour le bien de toutes ces communautés.

C'est durant cette période qu'on entendra pour la première fois parler d'une « Église de Cernos », une institution cherchant à unir les différentes communautés des Grisonnes sous des seigneurs exerçant un pouvoir temporel et Le Clergé, exerçant un pouvoir spirituel.

Ce « Clergé » regroupe les différents ministères, ordres et autres institutions plus petites qui vivent au sein de l'Église sous un et même statut commun, celui de clergé.

Le Clergé de Cernos représente donc l'ultime organisation de l'Église et de la Foi. C'est grâce à cette organisation et à cette institution que les peuples grisonnants s'unieront sous des seigneurs qui seront, justement, légitimisés par le Clergé.

Cet ordre soudain offrira des fondations de construction stables parfaites pour l'épanouissement d'une jeune civilisation comme celle des Grisonnes : les seigneurs obtenaient une légitimité divine aux yeux du peuple et l'église obtenait un peuple uni sous un seigneur croyant.

Le début de l'Église grisonnante peut donc marquer le début de la civilisation grisonnante ; certains historiens, comme Hash-Tat Antabolis, apporteront l'hypothèse que, avant l'arrivée de Cernos et avant qu'une église des Grisonnes soit fondée, les grisonnants (c'est à dire les nomades des clans Amerton & Lawliet, avant qu'ils aient même trouvé les Grisonnes) ne pouvaient pas réellement être considéré comme « civilisé » : ils étaient, pour la majeure partie d'entre eux, encore nomades (même après leur "sédentarisation" dans le nord) et vivaient encore autour d'idées sociales et spirituelles primitives et arriérées, comme le système des chasseurs et des cueilleurs ou les sacrifices humains aux Anciens Dieux.

L'Église a donc, dans un sens, peut-être apporté la civilisation aux communautés des grisonnes en les forcant à devenir sédentaires, travailler la terre à la place de cueillir et faire des élevages à la place de partir à la chasse.

D'un autre côté, l'Église a aussi créé la féodalité aux Grisonnes : les presbytres nommaient des « chefs » dans les différentes communautés, chefs qui venaient souvent de grandes familles et qui deviendront, plus tard, les seigneurs que nous connaissons aujourd'hui.

Ces seigneurs sont vite devenus vassaux (expliquant la mention de féodalité plus haut) quand l'idée de Grisonnes unies est arrivée : tous ont acceptés de préter allégeance à la maison Lawliet qui fut, justement, bénie par le pouvoir clérical qui cherchait à unir depuis longtemps, d'une façon ou d'une autre, le pays tout entier sous une et même bannière.

Dans les environs du 27ème siècle avant notre ère, les Grisonnes étaient donc unies religieusement, culturellement, économiquement et politiquement parlant : un état qui restera ainsi jusqu'à maintenant.

TriviaModifier

Pour des informations détaillées sur le fonctionnement de l'Église et du Clergé ACTUELLEMENT, veuillez vous rendre ICI (cliquez).

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .